Commentaire du 5ème dimanche de Pâques

Commentaire Bertrand Jardin – Diacre Permanent.

Le passage de l’Evangile de Jean entendu aujourd’hui nous parle d’une conversation. Quel bel entretien entre Jésus et ses disciples après le dernier repas ! N’ayons pas peur de nous immiscer dans cet entretien. Le bouleversement, les incompréhensions, les questions des disciples, sont peut-être les nôtres. Présentons-les au Seigneur et accueillons ses réponses, ou plutôt, sa Parole.

« Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père » dit Jésus. Cette image d’une maison à plusieurs demeures vient me parler, et j’imagine un grand immeuble, peut-être même une cité jardin. Plusieurs demeures, ça signifie plusieurs personnes qui demeurent dans cette maison promise ; plusieurs familles issues de plusieurs nations, mais aussi des cultures, des chansons, des habitudes, des manières de cuisiner, de chanter, de prier, plusieurs façons de vivre présentes dans une même maison, celle du Père. Elle est grande cette maison, grande au point d’accueillir toutes ces personnes bien sûr, mais grande, aussi, au point d’accueillir toutes les différences entre les personnes, et encore toutes ces manières d’envisager la différence, comme un danger pour les uns, comme une force pour les autres, comme un défaut pour les uns, une richesse pour les autres. Tous, aujourd’hui, mais déjà hier, nous vivons plus ou moins confinés dans nos compréhensions, nos appréhensions, les limites de notre amour. « Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père » dit Jésus. Moi, je connais plusieurs de ces gens qui y habitent, je les vois à leur balcon, je leur parle parfois au téléphone, et s’il en est d’autres que j’ignore et dont nul ne m’a jamais parlé, je sais qu’ils existent. Depuis la crise sanitaire que nous traversons, leurs visages me manquent, leurs sourires me manquent. Mais ils traversent souvent mon esprit et je les vois, et je leur souris. Oui, notre paroisse de Saint-Clément est une de ces demeures du Père. Nous voyons ici et là des retransmissions de messes dans certaines églises où le prêtre célèbre la messe devant des chaises vides sur lesquelles ont été installées les photos du paroissien ou de la paroissienne qui les occupent habituellement. Quand je participe à la messe, chaque dimanche depuis le début du confinement, retransmise depuis la chapelle de la maison diocésaine sur mon ordinateur, je m’imagine à Saint-Clément. Et je vois tous vos visages et je nous imagine en communion de prières. Tout ce temps qui vient de nous être donné ne nous a pas éloignés, au contraire, je crois même pouvoir dire qu’il nous a, d’une certaine façon, rapprochés. Encore plus que d’habitude vous faites partie de ma prière. Avant je me disais « je les verrais à la messe dimanche », maintenant, je me suis habitué à vivre avec vous, autrement. Dès que nous le pourrons, je serai très heureux de pouvoir vous retrouver. Même si nos habitudes devront changer, je sais que nous réussirons à nous adapter, heureux de nous revoir.

Seigneur Jésus, toi qui nous dis que tu es le chemin, enseigne-nous les chemins qui relient les différentes demeures de la maison du Père, car demain nous sortirons. Béni sois-tu, Seigneur, d’être pour moi Chemin, Vérité, Vie. Accorde-moi la grâce de me laisser façonner par ta Parole pour que je puisse dès maintenant, et au terme de mon pèlerinage, te rejoindre dans la Maison de ton Père, notre Père.

Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *