Méditation du dimanche de la miséricorde

Alors que nous commençons notre 2ième période de confinement et que nous sommes condamnés à vivre une prolongation de réclusion à cause de ce vilain coronavirus, l’Evangile du jour nous invite à la joie. Joie de voir, mais surtout joie de croire.

Alors, au moment de me mettre à écrire mon commentaire à propos des textes de la Parole de Dieu que l’Eglise nous propose de méditer aujourd’hui, une mélodie est spontanément venue m’envahir. C’est un chant de louange que nous avons l’habitude de chanter lors des rassemblements des jeunes à Saint-Malo. C’est un chant du groupe Glorious que vous pourrez écouter ci-dessous.

Je vous mets les paroles ci-dessous :

Je suis dans la joie, une joie immense !

Je suis dans l’allégresse car mon Dieu m’a libéré !

Je chanterai de tout cœur les merveilles de Jésus, mon Seigneur !
Il m’a ôté des ténèbres, il m’a délivré de tout péché !

Je suis dans la joie, une joie immense !
Je suis dans l’allégresse car mon Dieu m’a libéré !

Car mon Dieu est fidèle, il ne m’abandonne jamais !
Je n’ai plus rien à craindre car mon Dieu m’a libéré !

Je suis dans la joie, une joie immense !
Je suis dans l’allégresse car mon Dieu m’a libéré !

Je trouve que ces paroles collent bien avec le dimanche de la Miséricorde et en ce temps pascal où nous ne pouvons pas garder pour nous cette bonne nouvelle que nous répétons depuis le week-end dernier : Il est ressuscité, Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Oui, alors que le climat ambiant peut sembler triste, parce que l’on reste chez nous et que nous n’avons pas la joie de nous retrouver, de nous embrasser, de voir nos sourires, nos étoles ne sont plus violettes, elles sont blanches, pour la fête, c’est la joie !

Alors que nous aurions dû être 1400 pèlerins de notre Diocèse en pèlerinages à Lourdes cette semaine de l’Octave Pascal, nous sommes restés chez nous, mais beaucoup d’entre nous ont participé chaque jour à la messe à la grotte à 10h00 et au chapelet à la grotte à 15h30 via les réseaux sociaux. Le recteur du sanctuaire de Lourdes, Monseigneur Olivier Ribadeau Dumas, nous écrivait vendredi : « depuis le début du confinement de très nombreux médias s’intéressent à Lourdes et à la vie du Sanctuaire. Télévisions, radios, agences de presse écrite ont envoyés des journalistes sur place. Grâce à leurs nombreux articles et reportages, les médias et les réseaux sociaux ont permis que le Message de Lourdes soit largement diffusé durant ces temps troublés ; un message d’espérance et de soutien.

Alors oui, fini ce temps de Carême, tournons-nous vers la Lumière et gardons notre Espérance. 

Dimanche dernier, le Père Wielfried nous disait de fixer notre attitude sur celle de Jean : « il entre dans le tombeau, il voit et il croit. » De là, naît la grande espérance de la résurrection.

Aujourd’hui l’Evangile nous relate la première apparition de Jésus ressuscité à ses disciples qui leur adresse cette magnifique parole : « la paix soit avec vous. » Et les disciples passent instantanément de la peur à la joie. Jésus leur communique son souffle, l’Esprit, et leur confie la mission de remettre les péchés. Mais Thomas n’est pas présent à ce moment et quand ses frères lui rapportent l’évènement, il ne peut y croire et demande à vérifier par lui-même les traces de la crucifixion afin de vérifier que Jésus est bien ressuscité… Huit jours plus tard, Jésus leur apparaît une deuxième fois, en présence de Thomas. Jésus ne lui en tient pas rigueur et l’invite à toucher ses mains et son côté. Thomas ne doute plus et reconnaît en Jésus « son Seigneur et son Dieu ». La béatitude prononcée par Jésus s’applique à tous les croyants et donc à nous aujourd’hui : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Laissons-nous également conduire par le texte de la 2ième lecture et écoutons Pierre dire à nous aussi : « Exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves. Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore vous mettez votre foi. » Que notre espérance soit vivante. 

Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *