« Devenons des créatures nouvelles »

Homélie samedi St Veillée Pascale  

Cette année, notre veillée pascale se déroule dans des conditions particulières. Un paroissien dans le désarroi disait : «  pour la première fois de ma vie je passe une semaine Sainte aussi plate » il voulait dire, sans célébrations collectives. Il n’a pas tord. Nos célébrations, nos rencontres nous manquent et cette situation est une réelle épreuve pour l’amour car, nous ne pouvons plus nous toucher. Un inconnu indésirable s’est installé dans notre quotidien. Il a fait tant de mal, il décime, il touche de façon aveugle ; mais heureusement il n’est pas éternel, même s’il veut ravir la couronne à notre Maitre, ce virus mal couronné, n’est pas éternel. En revanche, Jésus Christ lui, est éternel. Ce soir, nous célébrons cette éternité, son passage de la mort à la vie. Parce qu’Il est éternel, Sa parole est éternelle, elle ne passera pas, toujours actuelle. Sa lumière est éternelle, elle restera constamment allumée pour nous montrer le chemin à suivre, et attendre les ouvriers de la dernière heure. Son Amour est éternel, pour nous rendre toujours forts et confiants. En cette nuit solennelle, le Christ nous invite à marcher dans sa lumière.

Toutes les lectures de cette veillée pascale, révèlent Dieu et son action pour l’homme. Dieu n’est pas un spectateur inerte de nos souffrances. Par la folie de la croix, voilà que son propre fils nous rejoint dans toutes nos nuits. Il vient partager le tragique de nos existences pour y apporter la lumière de la confiance. Et à chaque fête pascale, le Christ nous confirme qu’Il ne nous abandonne pas. Mais, dans notre liberté, ses chemins ne nous ont pas toujours intéressés, ses commandements n’ont pas toujours été suivis et aujourd’hui malheureusement, nous faisons le bilan de nos choix dans cette crise sanitaire qui, à présent, nous dicte sa loi, nous impose un rythme, et nous fait vivre la situation du peuple d’Israël, autrefois esclave en Egypte.  

« Ah si mon peuple m’écoutait, Israël s’il allait sur mes chemins », s’il réorganisait sa vie et me suivait. Cette prière du Psaumes 81 doit faire écho en nous en cette nuit. A cette prière, j’associe une réflexion recueillie dans un article à propos du virus et son impact mondial : Ce virus a temporairement arrêté la guerre en Lybie, au Yémen, et en Syrie qui durent depuis des années. Il a mis les gens de l’art, du football et autres chanteurs à leur vraie taille car souvent trop adulés et idolâtrés. Il a fait plus de bien à la nature que n’importe quel être humain pendant des décennies. Il a rapproché les familles, il a fait connaitre la valeur du personnel soignant, des agriculteurs et leur abnégation, il a démontré que la vie était plus importante que l’argent. Mais, avions-nous besoin d’un virus pour réorganiser notre vie ? Aujourd’hui des gestes de solidarité se multiplient, tous ces gestes viennent dire que chacun peut donner le meilleur de soi, mettre son attention, son imagination au service de l’autre, notamment des hommes sans abris, des malades, des personnes âgées, des migrants, des membres de nos familles respectives. Pour résumer, le changement de notre mode vie est collectivement nécessaire, même si certains sont réticents quand ils professent que : les épreuves individuelles ou collectives, nous font promettre que plus rien ne sera comme avant, mais le constat est que ces serments faits à nous-mêmes au plus fort des difficultés sont bien souvent solubles dans le temps ». Non, qu’ils durent dans le temps et c’est l’appel que le Seigneur nous adresse en cette vigile Pascale. Sortons de nos terres d’esclavage, devenons des hommes et des femmes nouveaux et libérés d’un système ancien, n’ayons pas peur et lâchons prise, la Résurrection de Jésus est la plus grande preuve que Dieu est avec nous, dans notre monde et nous éclaire éternellement : « en Dieu notre espérance, en Dieu notre joie » Ps 1. Ne vous faites pas voler votre espérance rappelait le Pape Jean Paul II, à tous ceux qui traversent l’épreuve. Demain, se lèvera l’aube nouvelle et lorsque nous entendrons les cloches sonner, osons dire à nos frères et sœurs : « Le Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité » pour nous aider à être des créatures nouvelles qui croient en Lui. Qu’Il accueille les défunts dans sa paix, et qu’ils aient toutes les faveurs de la résurrection Pascale. Amen

Bonne fête de Pâques à tous

Père Ange ASSO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *